Assurance Race Choisir
Education Trouble Sante
Naturel Défendre Jeux
Connexion Devenir membre

Epagneul breton

Le 3 février 2014 PAR Anva - 4 (245 votes)

Caractéristiques du Epagneul breton

Adaptabilité5 stars Entente chat3 stars Entretiens5 stars
Affection5 stars Entente chien5 stars Santé3 stars
Appartement3 stars Entente enfant5 stars Besoin sociaux5 stars
Aboiement5 stars Gardien3 stars Premier chien5 stars
Exercice5 stars Intelligence5 stars Joueur5 stars
  • Adaptabilité5 stars
  • Entente chat3 stars
  • Entretiens2 stars
  • Affection5 stars
  • Entente chien5 stars
  • Santé3 stars
  • Appartement3 stars
  • Entente enfant5 stars
  • Besoin sociaux5 stars
  • Aboiement3 stars
  • Gardien3 stars
  • Premier chien5 stars
  • Exercice5 stars
  • Intelligence5 stars
  • Joueur5 stars

Origine et histoire du Epagneul breton

L'histoire de la race est pour le moins flou. L'épagneul breton de nos jours a subit tellement de croisement entre les différents chiens de l'époque qu'il est impossible de définir avec exactitude ses antécédents. Quoi qu'il soit, dans tout ça ressort une information capitale sur laquelle s'accordent tous les auteurs, aussi anciens soient-ils: l'Epagneul Breton est une des descendance du chien de l'Oysel.

Dès 1592, une gravure du célébre Gotlzius représente un chasseur de la fin du XVIe siècle, avec son faucon et son chien. Le type de l'épagneul, que nous a conservé ce portrait, était très répandu dans tous les pays du continent européen aux XVIe et XVIIe siècles. Il a été reproduit par plusieurs Italiens, Flamands et Hollandais de cette époque, comme le démontre certaines peintures de Véronèses, de Ann Carrache, et Jean Weenix.(4) L'épagneul était en fait, le chien d'Oysel par excellence (5). Gaston Phoebus en fait d'ailleurs le portrait suivant :
« D'autre maniere y a de chiens qu'on apelle chien d'oysel et espainholz, pource que celle nature vient d'Espainhe, combien qu'il en y ait en autre pays. Cieulz chiens ont moult de bonnes coutumes et de mauveises aussi. Beau chien d'oysel doit avoir grosse teste et grant corps et bel de poill blancou tavelé; quarce sontles plus biaux; et de cieu poill en y a plus voulentiers de bons. Et il ne doit mie estre trop velu et doibt avoir cueue espesse. Les bonnes coutumes que cieux chiens ont, sont qu'ilz ayment bien leurs mestres et le suyvent sans perdre parmi toute gent; aussi vont ilz voulentiers touzjours devant quérant et jouant de la cueue et encontrant de tous oysiels et de toutes bestes. Mes leur droit mestier si est de la perdrix et de la caille.»(6)

Gravure de Gotlzius, représentant un fou, son faucon et son épagneul (chien d'Oysel)-1592

C'est le type primitif, la race la plus ancienne des chiens d'arrêt à long poil; c'est l'ancêtre, de toutes les variétés d'épagneuls et de setters modernes. A partir du XVIIe siècle, ce chien commence à subir quelques transformations, pour se diviser au fils des croisements en différents type d'épagneuls et setters. Interessons-nous ici aux Epagneul Bretons, qui à cet époque ne portaient toujours pas ce nom. On pouvait alors trouver trois types d'Epagneul dans la péninsule Amoricaine (notre Bretagne d'aujourd'hui) sur lequel s'affronte des auteurs comme Oberthur et Munsch

  • Choupille du finistère

    Chouille est le terme utilisé par les chasseurs en 1837 pour inciter le chien à se jeter sur le gibier(1). Plus tard, choupille sert également à désigner le "petit chien". Il est la traduction du mot breton "Ki Bihan"(2). Aujourd'hui il désigne un chien qui quête avec lenteur le nez au sol. Le "choupille du finistère" est un type d'épagneul décrit comme un petit chien au nez un peu pointu, au crâne en pomme avec des yeux à fleur de tête, dess oreilles assez longues et larges ouvertes. D'un poil assez long et souvent un peu frisé. La toison épaisse plus laineuse que soyeuse surtout sur le cou et le postérieur. Les coudes étaient frangés, les membres courts aux pieds étroits; la queue très variable, pas très régulière comme courbe, souvent écourtée, parfois absente.
  • Epagneul Breton des Côtes du Nord

    Nommé ainsi car surtout répandu dans les Côtes-du-Nord, il est plus grand de 45 à 50cm, plus court des reins, les pieds rond, le poils moins denses, plat ou légèrement ondulé. Les oreilles attachées haut, sont courtes et larges à la base. Les incisives ou le bourrelet dentaire de la mâchoire supérieure sont situés en arrière des incisives inférieures car la machoire s'avance un peu trop sur des lèvres peu développées. L'épagneul breton des Côtes du Nord possède un crâne large et plat avec un stop trop accusé probablement dû à des introductions de sang pointer.Leurs robes étaient souvent blanc-orange ou blanc-marron mais parfois unicolores. Ce type de chien avait un chasser plus régulier que les choupilles, un assez bon nez, ils arrêtaient ferme et étaient plus facile à retenir sur le poil.
    Les différents types d'épagneuls vue selon Oberthur et Munsh
  • Epagneul Breton type de Haute Bretagne

    Surtout connu dans la Hautre Bretagne, ce type d'épagneul ressemblait beaucoup aux épagneuls français léger en plus petit, plus râblé, l'oreille moins longue mais ondulée. Une tête pas très large au stop moyen avec un museau aussi long que le crâne. Des yeux foncés expressifs, une croupe bien droite, une queue bien fournie de taille moyenne, un poils brillant et soyeux avec de jolies franges aux coudes et sur l'arrière train représente l'épagneul breton de Haute Bretagne. Sa robe était généralement blanche avec des tâches très nette de couleur orangées, brunes ou noires et sans mouchetures. Quelques soit la variété, la teinte de la truffe est en harmonie avec la couleur de la robe, du brun rosé au brun foncé.

Création de l'épagneul Breton

Le mélange des trois type d'epagneul (Finistère, Côte du Nord, Haute Bretagne) ont conduit à l'élaboration de notre épagneul breton. Il est donc décrit comme étant d'une hauteur de 50cm à l'allure élégant, docile et facile à éduquer. Pour y parvenir, plusieurs races se sont mélanger aux trois types défini précedemment dont les éleveurs gardent en secret. On remarque toutefois un apport de springer, cocker, setter et pointer.

Francis Mège (l'un des plus anciens éleveur de la race) raconte que selon ses souvenirs deux Anglais venaient chasser tous les ans la bécasse aux environ de Morlaix; ils se servaient de springer blanc-orange de petite taille. L'un de ces derniers eut une portée avec une petite choupille appartenant à un vieux chasseur du pays et dans cette portée se trouva un chiot complètement "anoure" (sans queue) que le bonhomme conserva.

Ce fameux chiot devint un sujet remarquable à la chasse à tel point qu'il fut demandé de tous les côtés comme étalon. Il devient évident que ce chien était un "traceur" de la race puisque dans toute sa descendance, presque tous les chiots naquirent anoures ou brachyoures(avec queue). Cette mutation serait donc à l'origine de la courte queue naturelle si répandue parmi la race bretonne.(3)

A l'époque seul les anoures était considérés comme de véritable breton, mais ce fut d'une grossière erreur car pendant que la mutation se produisait avec ses conséquences il existait beaucoups d'autres souches de qualité égale ou supérieur que l'on laissait automatiquement de côté voir que l'on éliminait d'office du concours. Seul les chiens avec une queue écourté artificiellement pouvait espérer devenir au maximum simplement "champion de travail".

A ce moment-là, les épagneuls breton à queue courte étaient les seuls à être considéré comme de véritables épagneuls à tel point que lorqu'en 1907 se créa le premier club d'Epagneul Breton, il se fit nommmé "Club de l'épagneul breton à courte queue naturelle". Il aura fallu attendre jusqu'en 1934 pour que cette "règle" soit abolie et permettre aux autres épagneuls nés sans cette maladie congénitale de ne plus être rejetés.

D'autant plus qu'ils ont fini par se rendre compte que cette attrophie entraînait une certaine déformation de l'arrière-train, la croupe en pupitre, qui mettra beaucoup de temps pour disparaître.

Evolution de l'épagneul Breton

Dès 1905, trois chiens sont à la tête de l'évolution de l'Epagneul Breton:
- BOY de couleur blanc et orange, né le 08/02/1905 à Mr Gastel
- MARPHA I de couleur blanche et marron, née le 24/03/1903, éleveur Mr Pontavice
- MYRRHA D'ARMORIQUE de couleur blanche et marron, née le 30/05/1904, éleveur Mr Treuttel

Premiere exposition du club de l'épagneul Breton du Loudeac - 1907

En 1907, le Club de l'Epagneul voit alors le jour avec à son actif 25 membres, puis le standard fut établit admettant ainsi uniquement les épagneuls breton à queue anoure ou courte et à robe de couleur blanc-orange ou blanc-marron.

S'ensuit alors des variations importantes de l'apparence de la race, dû en grande majorité au phénomène de mode. Un coup ce sont des chiens oranges qui ressortent le plus, à tel point que les bruns finissent par disparaître des expositions. A d'autres moments ce sont des épagneuls plus lourd qui étaient prisés, plus tard ce fut l'inverse. Par moment la mode s'arrêtait sur des épagneuls bretons presque complètement brun... Au bout de quelques années d'aller et venue dans le choix des selections, la race s'est finalement stabilisée sur notre modèle actuel.

Dans toutes ces variations, l'Epagneul Bretons n'en a pas perdu ses qualités au travail sur le terrain, qui au contraire se sont affirmées. Notons par ailleurs que c'est également la période ou les expositions de travail s'éloignent des expositions de beauté pour former aujourd'hui deux méthodes de selection différentes.

Sources:
1: "Nouveau vocabulaire de la langue française" d'après le dictionnnaire de l'academie, et ceux de laveaux, boiste, charles nodier, noel et chapsal, gattel, de lanneau et de wailly. Paris, chez lebigre frère. 1836.
2: "Dictionnaire français-breton" par H.du Rusquec 1886 Morlaix.
3: "Le chien, son origine et son évolution". Joseph Oberthur.2000
4:"Le chenil et le poulailler", juillet 1888 Le chenil par Serge Pensky
5:"Les races françaises de chien d'arrêt", J. De Coninck, extrait de l'ACLLIMATION, journal des éleveurs
6:"La chasse" de Gaston Phoebus, comte de Foix. 1854
7:"L'épagneul Breton" R. Wilson. 1934

Caractère du Epagneul breton

Les auteurs du XIIIe siècle mentionnent chez les ancêtres de l'épagneul, un petit chien qui devait s'adapter facilement à la chasse au gibier. Il fallait donc qu'il soit souple, et obéissant. « Caractérisés par leur tête modérément allongée, à pariétaux ne tendant plus à se rapprocher, mais au contraire s'écartant et se renflant de manière à beaucoup agrandir la boîte cérébrale et les sinus frontaux. Ce sont les plus intelligents de tous les chiens.»
C'est naturellement que les selections ont fait de l'Epagneul Breton un chien facile à éduquer et proche de son maître. Aujourd'hui, les épagneuls bretons doivent pouvoir s'adapter à tout milieu, être sociable, avoir une expression intelligente et attentive. Ils doivent être équilibré mentalement, être polyvalent sur tout gibier et en tout terrain. C'est un chien qui doit être passionné le plus tôt possible par la chasse, être remarquable dans la recherche, avoir un sens olfactif, un arrêt spontané et bon rapport. Tout ces élements qualifient l'Epagneul Breton tel qu'il doit être s'il veut correspondre au standard et prendre l'appellation de L.O.F . Par ailleurs, un épagneul aux allures fainéant, nonchalant ou apathique serait d'office éliminé.

D'une manière générale, les épagneuls bretons sont calmes, posés, dociles, fidèles et intelligents. C'est un chien très bon pour la chasse à plaine et marais. L'épagneul breton s'accomodera très bien dans une famille vivant en appartement du moment que l'un de ses maîtres soit chasseur. Ses instincts innées depuis des décennies font qu'il s'agit d'un chien dont le besoin de courir après les proies est vital, et les sport tel que l'agility ne lui permette pas de compenser suffisament. Bien qu'il s'accomoderai au début, ses instincts finiront par prendre le dessus à un moment ou à un autre, soit en le poussant à la faute (fugue) soit en devenant "fou". Son côté sociable, docile et calme font de lui un excellent chien familiale pouvant vivre sans problème avec des enfants, même en bas âge.

L'epagneul breton n'échappe pas à la règle, il a aussi quelques défauts, notamment celui d'être tétu. Bien qu'il soit facile à dresser, le maître doit quand même savoir faire preuve de cohérence et s'imposer un minimum face à l'animal. C'est également un chien qui a du mal à supporter la chaleur. Il faut donc penser à le préserver pendant l'été, et éviter d'aller chasser lors des fortes chaleurs. Aussi bien pour le chien que pour le maître d'ailleurs !

Source:
1: Le chien, maladie et leur traitement par H. de la Blanchère - 1876

Les maladies du Epagneul breton

L'epagneul breton a une expérance de vie estimée à environ 13 ans. Bien entendu certains épagneuls dépassent allégrement cette barrière du faite de l'amélioration des conditions de vie et bien entendu des techniques médicales. D'un point de vue génétique l'animal ne souffre pas de maladies congénitals, héréditaires particulilères. Il est relativement robuste et sain si ce n'est qu'il a tendance à perdre son flair avec l'âge. Il peut éventuellement souffrir d'une dysplasie de la hanche comme la plupart des races de chien de sa taille.

En revanche, étant donné qu'il a les oreilles tombantes et qu'il est spécialisé dans la chasse sur plaine et dans les marais, il faut penser à surveiller ses oreilles. D'abord parce que le faite qu'elles soient tombante, les empêches de bien respirer ce qui aurait pour conséquence de favoriser la macérations de residus poussiereux ou d'un corps étranger pouvant se transformer en gale auriculaire. Elles ont donc besoin d'être nettoyé régulièrement.

Race de chien Epagneul breton
CONNEXION
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre politique de confidentialité et que des cookies soient utilisés afin de mesurer l'audience de notre site. J'accepte Paramétrer les cookies