Assurance Race Choisir
Education Trouble Sante
Naturel Défendre Jeux
Connexion Devenir membre

L'otite du chien

Le 2015-05-25 PAR 5 (374 votes)

Il va encore falloir l'emmener chez le véto ? Connaissez-vous ces 5 solutions pour payer moins cher vos frais vétérinaire ?

L'otite chez le chien correspond à une inflammation de l'oreille située soit dans partie externe (pavillon), soit dans partie moyenne, ou plus profondément en interne. Si ce derniers cas reste relativement rare, les deux autres sont courantes, voir inévitables pour certaines races. Lorsqu'un chien a les oreilles sales, se gratte ou se secoue les oreilles, lorsqu'il gémit et semble souffrir lors des manipulations, alors la seule chose que doit faire son maître c'est prendre un rendez-vous auprès de son vétérinaire habituel. L'article sur l'otite du chien est assez conséquent, la situation, les symptômes, l'évolution, les causes et diagnostics y sont détaillés se qui rend la lecture assez longue. Par conséquent, pour les personnes qui sont pressées et qui se demandent ce qu'elles doivent faire en cas d'otite, il n'y a rien de plus à savoir que de consulter le vétérinaire le plus rapidement possible. Car plus la consultation sera retardée, plus l'otite risque de s'aggraver entraînant la perte d'audition chez le chien de façon définitive.

L'otite du chien est une inflammation douloureuse
L'otite chez le chien est une inflammation douloureuse et évolutive. Il faut consulter au plus vite, ou en cas de doute, demander conseil aux assistantes vétérinaires par téléphone

Où sont situées les otites du chien

L'oreille du chien, comme chez les humains, est un organe permettant à l'animal d'entendre son environnement. Mais pas seulement, l'oreille participe également à son équilibre et à la proprioception. Sans rentrer dans les détails de la conception anatomique de l'oreille, nous vous rappelons qu'elle est organisée en trois parties.

La première, l'oreille externe, c'est la partie la plus visible de l'extérieur et c'est celle qui sera à l'origine des otites dites externes. Elle est composée d'un pavillon auriculaire et du conduit auditif externe. Elle a pour but de capter les vibrations afin de les transmettre à l'oreille moyenne par l'intermédiaire du tympan.

La seconde qui représente l'oreille moyenne, comprend le tympan, les osselets, la trompe auditive et les cavités tympaniques. C'est la partie responsable des otites moyennes. Elle est destinée à réceptionner les vibrations du tympan, les amplifier et les faire parvenir à l'oreille interne.

Enfin la dernière qui constitue l'oreille interne, est formée par le labyrinthe, la cochlée et l'appareil vestibulaire. Elle réceptionne en dernier lieu les vibrations transmises par les précédentes et permet l'audition, ainsi que l'équilibre du porteur. Comme vous l'avez compris, c'est dans cette partie que seront situées les otites internes du chien.

comparer son assurance chien

Les otites du chien : externes, moyennes, internes

D'après le Larousse français, on définie l'otite comme une inflammation des cavités de l'oreille moyenne, de la muqueuse qui les tapisse et du tympan. En réalité, cette inflammation peut commencer dès le pavillon et se développer jusqu'à atteindre l'oreille interne où elle sera la plus douloureuse et la plus difficile à guérir ! Mais en fonction de l'endroit où elle se situe les réactions du chien seront complètement différent.

L'otite externe

Un chien qui est atteint d'une otite externe présente la plupart du temps une inflammation qui s'étend du pavillon auriculaire jusqu'au tympan en passant par le conduit auditif externe, c'est-à-dire la partie qui se situe avant le tympan. L'otite externe elle-même se divise en deux grands groupes :

- les otites erythémato-cérumineuse : ce sont des otites qui vont produire une grande quantité de cérumen et entraîner une rougeur au niveau du canal auditif. Dans cas précis, le cérumen est plutôt épais, sec et de couleur brune ou noirâtre. On la confond souvent avec la gale auriculaire du chien.
- les otites purulentes ou suppurées : on remarque là aussi un canal auditif rouge et irrité, mais également une présence de pus mélanger au cérumen. Ici, le cérumen sera plutôt laiteux voir crémeux et de couleur blanc-jaunâtre ou encore verdâtre. On constate aussi une odeur désagréable. À noter que cette otite est très douloureuse, mais ne provoque presque pas de démangeaisons.

L'inflammation de l'oreille externe reste la plus courante et représente jusqu'à 20 % des consultations vétérinaires ! On reconnaît un chien qui présente une otite externe grâce à la présence d'un ou plusieurs de ces symptômes :

- une sensation de gêne permanente, le chien se secoue la tête
- des démangeaisons, le chien se gratte les oreilles avec ses pattes arrière
- le port d'oreille semble anormal, la tête peut être penchée plus d'un côté que de l'autre
- un sécrétion de cérumen dans le canal auditif, parfois purulent, crémeux ou non, brunâtre, blanchâtre ou verdâtre
- des écorchures infligées par le grattage de l'oreille, présence de sang possible
- un gonflement de la zone auriculaire
- une oreille qui sent mauvais
- un chien agressif lors des manipulations

À noter que pour les chiens souffrant d'otites externes chroniques, il est tout à fait possible d'avoir d'autres symptômes tels que le rétrécissement du canal auditif (sténose) principalement dû à l'augmentation du nombre de cellules dans les tissus mous. À ce stade, le tympan peut se rompre entraînant alors une otite moyenne.

L'otite moyenne

L'otite moyenne est une inflammation qui se situe dans l'oreille moyenne du chien, incluant le tympan. Cette forme d'otite sera muqueuse (c'est-à-dire qu'elle va dégager du mucus) ou séreuses ( sécréter de la sérosité, qui un liquide semblable à la lymphe) ou suppuré (produire du pus). Notons qu'elle est invisible à l'œil nu, mais découle dans la grande majorité des cas de l'otite externe où les nombreux symptômes seront déjà en place. En effet, elle apparaît dans 16 % des cas après une otite externe aiguë, et dans 50 à 80% des cas en extension d'une otite externe chronique. Attention, en général, l'otite moyenne à lieu lorsque la première otite externe rompre le tympan. Mais la présence d'un tympan intact n'exclut pas pour autant la possibilité d'une otite moyenne, puisqu'il est tout à envisageable que la cicatrisation d'une otite externe ayant rompu le tympan, enferme des bactéries dans l'oreille moyenne qui seront à leur tour responsables du développement de l'otite moyenne du chien ! C'est pour cette raison qu'elle est assez difficile à diagnostiquer en plus d'être onéreuse. Mais, en cas de doute, si les symptômes sont là, n'hésitez pas à demander une biopsie, car la présence d'une otite moyenne non soignée peut avoir de lourdes répercussions sur appareil vestibulocochléaire (l'oreille) de l'animal.

En présence d 'une otite moyenne, l'animal va avoir le même comportement que lors d'une otite externe avec notamment les symptômes suivant :

- Une otite plus douloureuse
- Présence d'un liquide suintant, constitué de pus (exsudat purulent)
- Gonflement et rougeur dans le conduit auditif
- Oreille mal odorante (comme pour l'externe)
- Déficit auditif
- Écoulement nasaux
- Diminution de la production de larme

Le chien peut également montrer des signes de démangeaisons. Dans les cas les plus rares, d'autres symptômes apparaîtront :

- Difficulté à manger, l’acte de mâcher est douloureux
- Penchement de la tête de côté de l'otite
- Absence de coordination dans les mouvements (ataxie)
- mouvements saccadés et involontaires des yeux (nystagmus)
- Paralysie des nerfs faciaux (relâchement ou spasmes)

L'otite interne

L'otite interne correspond à une inflammation située dans l'oreille moyenne du chien. Elle est extrêmement rare et découle directement des deux premières otites (externe et moyenne). Cependant, l'oreille interne est responsable de l'audition et de l'équilibre du chien. Par conséquent, un animal touché à l'oreille interne montrera des signes d'agressivité lors des manipulations ( lié à la douleur), mais également des difficultés à se diriger, à se nourrir. Il semblera déprimé, abattu, ne voudra plus participer à aucune activité. On note également une perte d'audition ainsi que des pertes d'équilibre. Le chien peut avoir des difficultés à rester stable, peut pencher la tête d'un côté voir même tournoyer sur lui-même. Au niveau de l'oreille, les symptômes restent identiques à ceux précédemment cités.

Oreille saine d'un chien
Exemple d'une oreille saine d'un chien. Pas d'excès de cérumen, pas de gonflement, pas de rougeur, pas d'inflammation ...

D'où vient l'otite du chien ?

Il existe de nombreux facteurs qui peuvent être responsables directement ou indirectement du développement et de l'évolution de l'otite chez l'animal. Pour mieux se repérer, elles ont été classé en trois parties, les facteurs primaires, c' est-à-dire ceux qui sont responsables de la naissance en elle-même de l'inflammation, les facteurs secondaires qui sont ceux qui entretiennent et permettent l'évolution de l'otite en otite chronique ou complexe. Enfin, le dernier groupe rassemble les facteurs prédisposant, c'est-à-dire élément qui vont favoriser l'apparition d'une otite sans pour autant la déclencher (comme les oreilles tombantes).

Les éléments déclencheur de l'otite (facteurs primaires)

- Les parasites : les otodectes cynotis ( parasite de la gale des oreilles) est responsable de 5 à 10% des cas d'otites chez le chien. Elle se transmet d'un animal infesté à un autre et touche en grande majorité les petits chiens. Il suffit d'un petit nombre d'otodectes pour que l'otite soit déclenchée mais la plupart du temps, ces parasites ne sont pas visible puisqu'ils quittent l'oreille ou sont tués par l'inflammation. C'est pourquoi, on recommande généralement de traiter tous les chiens d'une même famille contre la gale afin d'éviter les contaminations répétées. En outre, les otites liées à ce parasite provoquent plus ou moins de prurit, avec un exsudat foncé, sec et friable dans un premier temps, puis l'infection aux bactéries et levures dégage une exsudat cérumineuse voir purulent.
D'autres parasites peuvent être déclencheurs d'otite chez le chien, tel que le Sarcopte scabeie ( gale sarcoptique) et plus rarement le Demodex canis, le Ctenocephalides spp, Cheyletiella spp, les dermatophytes et les mouches piqueuses. Les trombidions (acariens vivant dans l'herbe) dont la larve peut pénétrer sous la peau des mammifères et causer des démangeaisons sont également responsable du développement de l'otite. À noter que ces dernières sont saisonnières et touchent principalement des chiens de chasse et d'extérieur.

- Les corps étrangers : le plus connu étant sans nul doute l'épillet, qui touche une grande majorité de chien du printemps à l'automne. La conception et la taille de l'épillet lui permettent de s'introduire dans les narines ou les oreilles du chien. Du fait de leur forme, les épillets ne peuvent reculer et ne font que progresser sur leur chemin au fur et à mesure que le chien se secoue la tête. L'épillet peut entrer jusque dans la partie la plus profonde de l'oreille et perforer par la même occasion le tympan, déclenchant ainsi une otite moyenne. Ici, ce sont surtout les chiens de chasse, mais aussi les chiens d'eau qui sont les plus touchés. De façon beaucoup plus rare, il est déjà arrivé que des otites soient occasionnées par la présence de petits grains de poussière, de sable, de poils ou d'insecte dans le canal auditif de l'oreille.

- Les allergies et dermatites : selon certaines études, entre 55 % et 86 % des chiens ayant une dermatite tel que l’eczéma, présentent également une otite. La plupart du temps, un examen approfondit de l'animal permet de mettre en évidence d'autres zones inflammée et prurit telles que la gueule, le museau, le ventre, l'aine et les coudes. Parmi l'ensemble des chiens ayant une dermatite et une allergie alimentaire, 80 % d'entre eux souffrent d'otite externe contre 25% pour ceux ne présentant que "l'allergie alimentaire". Les chiens déclenchant une otite à cause d'une allergie ou une dermatite montrent une inflammation au niveau du pavillon auriculaire et du conduit auditif externe.

- Les maladies : les maladies auto-immunes telles que le pemphigus foliacé, le pemphigus érythémateux, le lupus érythémateux discoïde, la vasculite cutanée, la pemphigoïde bulleuse et la pemphigoïde bulleuse cicatricielle sont des maladies dermatologiques qui peuvent affecter le pavillon auriculaire et le conduit auditif externe. Rarement, elles sont la cause d'une otite externe, mais toujours accompagné de lésions sur d'autres parties du corps ou des muqueuses. En outre, on constate également l'apparition d'une otite dans le cas des maladies virales comme la maladie de Carré.

- La séborrhée idiopathique : elle correspond à une augmentation pathologique de la sécrétion des glandes sébacées (glande de la peau) sans que l'on en connaisse la cause. Certaines races y sont sujettes telles que le Cocker américain, le Berger Allemand, le Springer, le West Highlande White Terrier. Hormis le Berger Allemand, ces races sont aussi prédisposé aux inflammation de la peau telles que l'eczéma (dermatites atopiques ) et les allergies alimentaires évoquées plus haut. Or, il a été démontré que l'accumulation de débit dans le conduit auditif pouvait entraîner une otite externe cérumineuse chronique, au même titre que les allergies et dermatites touchant l'oreille.

Les éléments qui entretiennent et compliquent l'évolution de l'otite (facteur secondaire)

Certains maître rencontrent des difficultés à soigner les otites de leur chien. C'est en partie parce que certains facteurs empêchent la bonne guérison de l'otite, voir favorisent son développement chronique. Ainsi, plus l'otite externe du chien dure longtemps et / ou est répétée, plus on suspecte l'apparition de ces facteurs qui entretiennes la formation de l'inflammation

- Les bactéries : on trouve dans 46 % des conduits auditifs sains du chien une culture de bactérie. Entre autre, la présence du Staphylococcus pseudintermedius (environ 19 %), de Pseudomonas spp, de Streptococcus spp et de Proteus spp . Ces bactéries trouvent un équilibre naturel entre elles, mais lors d'une complication (otite), certaines vont se reproduire en plus grande quantité que d'autres en provoquer alors un déséquilibre. La prévalence d'une bactérie par rapport aux autres est déterminée par de nombreux facteurs tels que la présence d'eau dans le conduit, la diminution de l'immunité...

- Les levures et champignons : comme pour les bactéries, certaines levures, comme la Malassezia pachydermatis, sont déjà présentes dans le conduit auditif externe du chien sain (96 % d'entre eux). Lorsque le conduit est infecté, Malassezia est présente en plus grande quantité et il semble que sa production soit accéléré par la présence de la bactérie Staphylococcus ou par une production excessive de cérumen.

- L'épiderme : Lorsque l'épiderme se renouvelle trop souvent, et qu'elle produit en trop grande quantité du cérumen, cela entraîne la formation de nombreux replis ainsi que le retrécissement du conduit auditif. On note aussi une altération dans la composition du cérumen voir une reproduction anormal des fibres et une infiltration de calcaire dans les tissus de la peau. Tout ceci contribue fortement au maintien de l'otite et à l'inefficacité des traitements proposés

- Les otites moyennes : les otites moyennes sont la conséquence de l'évolution d'une otite externe chez le chien. Mais elles contribuent également par leur présence au maintien de l'otite externe, ainsi qu'à son développement récurrent. 16 % des chiens ayant une otite externe aïgue ont aussi une otite moyenne, et pour les chiens souffrant d'otite chronique, jusqu'à 80% d'entre eux sont touché par l'otite moyenne.

- Les cholestéatomes : le cholestéatomes apparaît lorsque le tympan se rompre des suites d'une otite externe, puis cicatrice en gardant malgré tout la présence d'une otite moyenne. Ce phénomène a surtout lieu dans les cas d'otites moyennes chroniques. Le cholestéatome apparaît lorsque le tympan se rompre des suites d'une otite externe, puis cicatrice en gardant malgré tout la présence d'une otite moyenne. Les symptômes sont assez variables en fonction des races de chien, une perte de l'audition, une oreille malodorante sont les plus courants.

- Les traitements inadaptés : même si ça fait rager les maîtres, les traitements peuvent être efficaces un temps puis ne plus répondre correctement. Cela arrive principalement lorsque la cause sous-jacente de l'otite n'est pas bien identifier. Le traitement va soigner ce qui est en apparence, mais pas l'origine de l'otite. Celle-ci se reforme et devient alors chronique. Entre autres, la mise en place du traînement par le maître peut aussi affecter la guérison de l'otite et son aspect chronique. En outre, avant d 'appliquer un traitement, il faut d'abord nettoyer correctement l'oreille. Le cérumen présent dans le conduit auditif du chien peut empêcher, voir supprimer l'efficacité du traitement. Par ailleurs, l'application d'un antibiotique pour soigner une infection fongique est sans effet sur les champignons contenu dans l'oreille, de la même façon qu'un traitement appliqué par voie systémique et qui n'atteint pas le conduit auditif sera inefficace, surtout s'il s'agit d'une otite moyenne.

Les otites ne sont pas toujours visibles
Attention, toutes les otites ne sont pas toujours visible, surtout si l'animal ne s'en plaint pas. Prenez garde s'il se secoue les oreilles ou qu'elles sont mal odorante !

Que faire face à une otite ?

Si votre chien présente les symptômes d'une otite, alors il y a de grandes chances qu'il ait effectivement une otite. Dans ce cas précis, la seule chose à faire et de prendre rendez-vous chez le vétérinaire habituel, le plus rapidement possible. Car une otite est inflammation de l'oreille en constante évolution. En d'autre terme, plus le délai entre le début des symptômes et l'application du traitement est long, plus l'otite sera difficile à soigner et par conséquent plus grande seront les chances qu'elle devienne moyenne puis interne. C'est pourquoi, en cas d'otite, il ne faut pas attendre que ça passe, car ça ne passera pas. Le vétérinaire mettra en place un diagnostique en plusieurs étapes qui affirmera ou non la présence d'une otite.

- une anamnèse : le clinicien tiendra compte des différents éléments fournis par le maître pour établir son diagnostique. Entre autres, les symptômes observés, l'ordre dans lequel ils sont apparu, leur évolution, le mode de vie de l'animal, les antécédents connu, les allergies connues, les maladies en cours. Il appartient au maître de répondre le plus franchement possible pour que le vétérinaire puisse s'orienter vers telle ou telle direction sans perdre de temps avec des traitements inadaptés et / ou des examens non poussés alors qu'ils le devraient. Par exemple, savoir que le prurit visible dans les oreilles constitue le premier symptôme, peut être le signe de la présence d'un corps étranger, d'un parasite ou d'une dermatite allergique. La vitesse d'évolution de l'otite a aussi son importance. Si on reprend l'exemple précédent, les otites liées aux corps étrangers et parasites se manifestent beaucoup plus rapidement que les allergies ou dermatites. Par ailleurs, si l'animal a déjà subi des otites, il est important de le signaler, surtout si elles sont récentes.

- examen général : après avoir établie un diagnostique théorique, le vétérinaire procèdes a examen général du chien. Cette examen a pour but d'écarter toutes les otites liées à une allergie ou une dermatite. Rappelons-le, le conduit auditif externe de l'oreille est recouvert de peau. Lorsque le chien est atteint d'une inflammation de la peau, on remarque des erythèmes, des irritations, des squames, des croûtes, des écorchures, des papules ou encore une hyperpigmentation, rien n'exclut que cette inflammation n'est pas également touché l'oreille déclarant ainsi l'otite. En cas de lésions, il est possible que le vétérinaire pratique alors un prélévement cutané afin d'en determiné l'origine (bactérie ou fongique) et fournir le traitement adapté.

- examen de l'oreille : l'examen de l'oreille vient apporter les informations manquantes ou compléter et / ou affirmer les deux premiers. Le vétérinaire va établir si la manipulation de l'oreille est douloureuse et constater l'état de l'oreille. Dans le cas d'une oreille saine, le cérumen est jaune-brun clair et non-odorant. Le conduit auditif n'est pas griffé, ni gonflé, ni irrité. Le tympan doit être intact. Si le chien présente une otite, va effectuer un nettoyage de l'oreille avec un nettoyant standard ou pratiquer un nettoyage sous pression avec un nettoyant dilué à de l'eau tiède pour les chiens qui ont une oreille très sale ou une otite chronique avec formation de replis. Lorsque le conduit forme des replis, un simple nettoyage classique ne permet pas de retirer complètement le cérumen de l'oreille. De ce fait, l'analyse s'en trouve compliqué et le traitement moins efficace. En fonction de l'état du tympan, et tous les éléments rassemblés précédemment, le vétérinaire pourra indiquer quel type d'otite

- examens complémentaires : En cas de doute, le vétérinaire peut faire des examens complémentaires et donner ainsi le traitement le plus adapté possible. Il y a l'examen du cérumen, l'examen cytologique qui listera l'ensemble des cellules, bactéries ou levures contenus dans le cérumen, la culture des bactéries afin de determiner leurs resistances à un antibiotique, ou encore l'imagirie médical pour examiner l'évolution et le comportement de l'otite au sein du conduit auditif de l'oreille du chien.

Les prédispositions à l'otite

On entend souvent que les chiens à oreilles tombantes sont sujets à otites. Ainsi, cette simple phrase tend à montrer qu'il existe des éléments indirects comme la morphologie du chien qui sont responsables ou non de la formation d'otite, même s'ils n'en sont pas les déclencheurs ? Et bien oui !
En 2011, les Drs. Zur, Lifshitz et Bdolah-Abram publient une étude réalisée sur 149 chiens, démontrant que les allergies représentent 78 % des facteurs prédisposant à l'otite, et que les oreilles tombantes sont le second facteur le plus important ( 15,4 % des chiens) .

Les chiens à poils drus (Caniche, Bichons, Cockers, Schnauzers, Terriers) sont également prédisposés à la formation d'otite. Pour les prévenir, une astuce consiste à tondre les poils de l'oreille et permettre ainsi une meilleure aération du conduit auditif externe du chien.
Les races à pli ( Chow Chow, Shar Peï) ne font pas exception à la règle.Les plis présents également dans l'oreille favorise la macération, l'inflammation, l'épaississement cutané, la sténose et la formation de l'otite du chien.
Les chiens d'eau ( Landseer, Retriever), du fait de leur baignade répétée augmentent le taux d'humidité au sein de l'oreille, favorisant également la formation d'otite.
D'autres races comme les Labradors, les Cockers, les Springers ont une tendance à produire beaucoup trop de cérumen, qui en surquantité encourage l'émergences de l'otite.
Enfin, les races aux visages aplati (Cavalier King Charles, Boxer, Carlin) sont prédisposés aux otites moyennes !

Toujours sur la même étude, les chercheurs révèlent que 30 % des chiens malades ont moins d'un an, 50% ont entre un et cinq ans et seulement 20% pour les chiens supérieurs à 5 ans. En revanche, pour les chiens plus âgée, les otites sont beaucoup plus sévères, plus difficiles à guérir. Ceci peut s'expliquer par la modification morphologique de l'oreille liée aux otites précédentes. Enfin , 75 % des otites ont lieu du printemps à l'été, à cause principalement de l'épillet, et des baignades par temps chaud.

Il va encore falloir l'emmener chez le vétérinaire ? Et si l'assurance coûtait moins cher ?

Renseignez-vous vite !

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

La gale des oreilles
La gale des oreilles
Soigner les oreilles de votre chien les otites chez le chien: symptôme et traitement
CONNEXION
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre politique de confidentialité et que des cookies soient utilisés afin de mesurer l'audience de notre site. J'accepte Paramétrer les cookies