Assurance Race Choisir
Education Trouble Sante
Naturel Défendre Jeux
Connexion Devenir membre

Punir efficacement son chien

Le 2013-12-03 PAR 5 (427 votes)

Il va encore falloir l'emmener chez le véto ? Connaissez-vous ces 5 solutions pour payer moins cher vos frais vétérinaire ?

Dresser son chien, c'est savoir le contrôler, le diriger, et le punir en cas de nécessité. La punition ne doit pas être prise comme un acte cruel envers le chien, c'est une sanction négative qui permet de faire comprendre à l'animal qu'il a dépassé les bornes. C'est une manière de montrer que ses actes ne sont pas acceptables pour nous et que ce qu'il a fait n'est pas bien ou ne correspond pas à ce que l'on attend de lui. Mais pour qu'une punition soit efficace, elle doit être juste et équitable. Alors comment faire pour bien punir son chien ?

Dissocier le bien du mal

Lorsque le chien naît, il ne sait pas encore ce qui est bien, ce qui est mal. Il ne sait pas ce qui est acceptable ou pas, il ne sait pas comment communiquer, ni les postures et le comportement qu'il devra adopter. C'est à partir des premières minutes de vie puis tout au long de son existence qu'il apprendra à dissocier la notion du bien et du mal, avec notamment sa famille, ses congénères ainsi que les facteurs naturels et environnementaux.

Un chien qui suit un processus normal vivra les deux / trois premiers mois avec sa mère. C'est elle et ses frères et sœurs qui vont lui apprendre une partie du langage canin, l'hygiène (faire en dehors de la nichée), la notion de rang et la morsure inhibée. Si l'on prend la peine d'observer une mère avec ses petits, on constatera que lorsque tout va bien, elle ne dit rien mais dans le cas contraire, elle les reprend, les replace, les grogne, les met en position de soumission et en derniers recourt les mord plus ou moins fort. Tout ceci ne ce sont que des séries d'apprentissage qui vont faire comprendre au chien la notion du bien et du mal. Ce qui est mal sera corrigé et sanctionné négativement, avec une intensité en corrélation logique avec le mal en question. C'est-à-dire que plus la bêtise sera non acceptable, plus la sanction sera sévère.

Savoir punir un chien est aussi important que son éducation, sinon plus. C'est la punition qui dictera les limites à ne pas franchir. C'est aussi la punition qui fera comprendre au chien la différence entre le bien et le mal. Attention, on entre dans un concept assez délicat que nous détaillerons pas ici. Bien entendu, nous partons du principe que le maître apprend à son chien uniquement ce qui est bien et nous laissons « de côté » la notion de bien et mal interne au chien. Nous ne parlerons ici que du bien et du mal lié à l'apprentissage, à l'expérience, à l'éducation du chien. En d'autre terme, un chien sanctionné pour avoir fait pipi dans la maison comprendra que c'est mal, s'il est récompensé pour le même acte à l'extérieur, il comprendra que c'est bien. Par ailleurs c'est l'association de la réaction du maître ou de l'environnement au moment de l'acte qui établira s'il s'agit de quelque chose de bien ou de mal. La aussi, plus la sanction négative est intense, plus elle sera considéré comme malsaine, et vice versa.

comparer son assurance chien

L'importance de la punition

Donner une punition juste au bon moment ne doit pas être vu comme de la méchanceté, au contraire, cela permet d'instaurer un certain équilibre, une relation de confiance, une harmonie entre le maître et son chien, entre le chien et son environnement. Parce qu'avec la punition on apprend au chien à comprendre ce que l'on attend de lui. Bien entendu, le maître devra également apprendre à se remettre en question, et prendre du recul si jamais ses méthodes ne fonctionne pas, mais dans l'ensemble savoir sanctionner de manière juste au bon moment améliore la communication entre le maître et son chien.

Passez à côté de la punition pourrait entraîner ce que l'on appelle des « troubles du comportement ». Parmi eux, on y trouvera principalement des chiens qui deviennent agressifs, des chiens qui aboient trop ou encore des chiens qui font leur loi à la maison jusqu'à décider de qui peut rentrer ou qui peut s’asseoir sur le canapé. Associez l'absence de punition à un comportement anthropomorphique et vous aurez gagné le grelot du chien insupportable voir ingérable !

Bien sûr, il convient de ne pas choisir n'importe quel type de punition à n'importe quel moment. Lorsqu'une punition tombe, elle doit être justifié, et équitable. Il n'est pas question de faire du mal à un chien en l’assommant de coup de bâton simplement parce que celui-ci à fait un pas de trop. Par ailleurs, comme dans la nature, lorsque la situation et le contexte le permet, avant de punir il faut prendre le temps de prévenir. Un chien grogne avant de mordre. Le maître à sa manière devra grogner avant de mordre.

Savoir punir son chien
La punition définie les limites à ne pas franchir et permet le respect des règles qui elles-même instaurent une équilibre au sein de la famille. Photo Big Skinny Boy

Qu'est-ce qu'une punition juste ?

Une punition est juste lorsqu'elle est méritée. Avant de punir votre chien demandez-vous si la punition est justifié et posez-vous notamment les questions suivante :

  • Avez-vous été clair ? L'ordre employé est-il court et simple? N'est-il pas trahis ou compromis par un geste involontaire ou une expression du visage qui le contredirait? Exemple: Un chien ne comprendrais pas son maître qui lui dirait « Ne va pas la-bas », en montrant du doigt le lieu en question. Dans sa tête, la main pointant le lieu lui indique justement d'y aller, et l'ordre est tout bonnement incompréhensible. L'ordre employé doit être court (2 mots maximum pour un ordre - les ordres peuvent être cumulé), clair, précis et directif. Tel que «Non !» et « Viens ici !» au lieu de «Ne va pas la-bas !»
  • L'ordre est-il à la porté du chien? Est-ce que le chien peut techniquement faire ce que je lui demande de faire? N'est-il pas trop jeune, trop vieux? Ou n'est-il pas gêné morphologiquement parlant pour exécuter l'ordre demandé? Exemple: il n'est pas possible de demander à un chiot de 2 mois de sauté dans un cerceau élevé à 1m50.
  • L'ordre est-il cohérent ? Un chien ne comprend pas un ordre s'il n'a jamais le même sens, ou si l'interdiction ou l'autorisation varie d'un jour sur l'autre. Par exemple : Il n'est pas possible de faire comprendre à un chien de ne pas monter sur le canapé si un jour c'est oui et le lendemain c'est non. Lorsqu'une interdiction est donnée elle doit être valable tout le temps. En revanche, les chiens sont tout à fait apte à comprendre qu'il peuvent monter sur le canapé de la maison mais pas celui du voisin. Au voisin d'apprendre au chien que chez lui c'est non.
  • L'ordre est-il connu par le chien ? Pourquoi punir un chien qui n’exécute pas un ordre qu'il ne connaît pas? Il convient donc de s'assurer que le chien connaît bel et bien l'ordre qui lui ai donné, dans le cas contraire c'est le moment d'en profiter pour lui apprendre l'art et la manière d’exécuter ce que vous attendiez de lui.
  • Ne s'agit-il pas d'un trouble du comportement ? Si le mauvais comportement revient en permanence vous pouvez vous dire que vous êtes face à un trouble du comportement. Exemple: dès que le chien entends la sonnerie il s’excite, vous saute dessus, aboie ou court dans tous les sens. Pour corriger ce problème, la punition est valable les premières fois. Mal appliqué, mal dosé, elle renforce ce mauvais comportement qui devient alors un trouble du comportement. Pour venir en venir à bout il faut rééduquer le chien. En l'occurrence ici il suffit d'ignorer le chien et faire sonner la sonnette plusieurs fois par jours par une tiers personnes sans aucune réaction de votre part. Le chien finira par comprendre et s'arrêtera de lui-même.

Les différents types de punition

Appliquer une punition c'est une chose. Appliquer la bonne punition c'en est une autre. En effet, en fonction de l'âge du chien, de la situation, des antécédents, la punition ne sera jamais la même. Notons par ailleurs, que la punition sur deux chiens dans un même contexte varie également d'un chien à un autre selon leur tempérament et surtout leur sensibilité. Certains chiens ne supportent pas la violence et pourraient devenir agressif, d'autres le vivent tellement mal qu'ils en deviendraient dépressif. Punir un chien efficacement, c'est être juste ET équitable. Pour cela, il existe plusieurs degrés de punition qu'il vous conviendra d'adapter. A vous de vous montrer raisonnable et d'appliquer celle qui correspond au mieux :

  • L'ignorance : elle est généralement la plus efficace et la plus utilisée. Sans violence, elle se se suffit à elle-même pour faire comprendre ce qu'il a fait n'est pas bien. Le chien est constamment en proie d'interactivité avec son maître. Ignorer un chien qui aboie pour attirer votre attention est plus efficace que de lui gronder dessus. C'est d'ailleurs, la réaction la plus recommandé puisqu'elle permet au maître de ne pas entrer dans le jeu du chien et de garder le contrôle. C'est aussi la méthode de punition la plus utilisé pour les chiots. Lorsque les chiens sont jeune, ils sont sans arrêt en train de découvrir, d'apprendre, et de capter l'attention de son maître. L'ignorance est un bon moyen pour lui faire comprendre que ce qu'il fait ne vous intéresse pas et ne vous plait pas.
  • Le désintéressement : utilisé surtout sur les chiots, mais parfois au cours de sa vie, elle consiste à faire changer volontairement les idées du chien. Par exemple, il se met subitement à creuser devant vous, il est à fond dans son trou jusqu'à oublier votre présence. Le réprimander et lui donner une tape pourrait le stopper net, mais s'il est jeune préféré plutôt une punition "positive" en orientant les esprits du chiots vers une autre activité. Dans ce cas précis, appelez-le au moyen d'un jouet couinant ou autre chose pour l'attirer à vous et occupez le à une autre activité. Chez un chiot, tout comportement qui ne peut pas être terminé sera oublié. En d'autres termes si le chiot ne peut jamais finir son trou il ne cherchera plus à faire de trou. Mais là encore, le tempérament du chiot entre en compte et parfois la punition doit être plus sévère.
  • La réprimande : Elle passe par l'intonation de la voix. Il y a celle enjoué pour s'amuser et celle sèche, autoritaire et grave pour réprimander son chien. Exemple : vous êtes en train de jouer à la balle avec votre chien, il vous attrape et vous mort la main. Son acte n'est pas intentionnelle, mais il doit être repris pour lui faire comprendre que c'est mal. Un « Non ! » sec s'impose. Puis reprenez le jeu, s'il recommence, un « Non !» plus intense sera nécessaire suivit de l'ignorance et pas conséquent l'arrêt du jeu.
  • La punition à distance : La punition a distance est également un bon moyen pour faire comprendre à son chien que ce qu'il fait n'est pas bien. Elle donne une dimension plus grande au maître dans l'esprit du chien; C'est à dire que soit il sait que vous êtes à l'origine de la punition à la distance et va comprendre que même de loin il est « rattrapable », soit il ne sait pas et va se dire que son environnement est contre lui. Elle inclue également la notion de peur. Exemple : Vous interdisez à votre chien de monter sur le canapé. En votre présence pas de problème il comprend. Mais malin comme tout il profite de votre absence pour s’installer bien confortablement. Sauf que vous êtes dans le couloir à guetter par l’entrebâillement de la porte. Au moment ou monte sur le canapé vous faites un gros bruit avec deux couvercle en métal...Vous verrez l'allure à laquelle il va détaller. Le tout sans vous montrer. Il prendra peur et l'assimilera à une punition. Autre exemple, vous appelez votre chien au pied, il court à vive allure sauf qu'il ne s'arrête pas et trace devant vous. Vous lancez alors un trousseau de clef sur ses fesses accompagné de l'ordre, rudement efficace, le chien s'arrêtera. Attention toutefois au trousseau de clef, surtout si vous ne savez pas visé, un seul mauvais coup pourrait gravement le blesser (crever un œil).
  • Isoler le chien : Cette punition sert principalement à canaliser les chiens trop nerveux. Toutefois pour être efficace il convient d'isoler le chien dans une pièce où il n'a pas l'habitude d'aller, sinon il n'y a aucun intérêt. Exemple : Vous recevez du monde, il refuse de se calmer, vous l'enfermer alors dix minute dans un pièce voisine, puis vous retournerez le chercher.
  • La soumission forcé : En cas de bêtise grave portant atteinte au maître, la soumission forcé peut être pratiqué. Mais elle ne doit l'être que si vous êtes sur de vous. Une soumissions forcé peut dégénérer en agression voir en morsure. Vous devez impérativement rester maître de la situation et être certain qu'elle est justifié. La soumission forcé se pratique de deux façons différentes, la première et la plus souple consiste à prendre le chien par la peau du cou (comme la mère) et lui coucher le côté de la tête sur le sol. La deuxième beaucoup plus impressionnant après réflexion ne sera pas divulguée. En effet, DistribEco vous aide à comprendre, contrôler et maîtriser votre chien. Si vous en venez à ce derniers point nous vous conseillons vivement de prendre contacte avec un comportementaliste car vous vous situez dans un contexte de rapport de force qui peut très vite dégénérer et avoir de graves conséquences.

Il est possible de renforcer une punition, en la cumulant avec une autre, comme la réprimande associé à l'ignorance. Mais vous pouvez également y inclure des gestes (ex: pointer du doigt son pied pour le « Pied»), du bruitage (taper du pied) ou adopter une posture imposante et impressionnante ( droit comme un piquet, buste relevé et gonflé). Dans tout les cas, faites bien attention à l'intensité de la punition qui doit etre en rapport avec l'action non désiré commis ainsi qu'à la sensibilité et à l'âge du chien.

Punir son chien de façon juste et équitable
La punition d'un chien doit toujours être juste et équitable. Trop forte elle entraîne l'agressivité et la crainte, trop faible elle développe les troubles du comportement et les chiens qui se prenne pour des chefs. Photo me'nthedogs

Quand faut-il punir son chien ?

Lorsque le chien fait quelque chose qui ne vous plaît pas, il faut savoir le punir au bon moment, c'est à dire à l'instant même où il fait la bêtise, ni avant, ni après. Pour comprendre voici un exemple basé sur un cours d'éducation. Lorsque l'on apprend un chien à ne pas tirer en laisse, on le récompense au moment ou il fait bien. Le fait de récompenser l'animal lui montre que ce qu'il a fait est bien. En effet il a associe la friandise à une note positive, et va donc assimiler son action à la friandise. « Si je fais ça quand il me demande ça alors j'ai ça » . Ce qui est valable pour le côté positif est valable pour le côté négatif. Si le chien tire en laisse, un coup sec le ramène à mon maître (ou une autre méthode). Cet événement est associé à une note négative et sera perçut par le chien comme quelque chose qu'il ne faut pas faire. Il associera le fait de tirer en laisse à ce qui ne vous plaît pas et comprendra que ce n'est pas le comportement que vous attendez de lui.

Pour la punition c'est pareil. Lorsque le chien fait quelque chose qui ne vous convient pas, une note négative à l'instant T du comportement lui fera comprendre que ce qu'il fait n'est pas bien ou du moins n'est pas acceptable pour son maître. Toutefois pour que cela soit bien pris en compte par l'animal, il convient de réagir chaque fois que le dit-comportement apparaît. Car si vous laissez passer volontairement à d'autres moment, soit par fatigue, par lassitude ou autre chose alors le chien ne comprendra pas et le prendra comme un acte acceptable - ce qui n'est pas le cas, et recommencera.

Utilisez la punition à bon escient

Attention, la punition doit toujours être juste et équitable. Si vous utilisez la punition à mauvais escient vous prenez le risque d'abord de perdre la confiance de votre chien, et donc la relation fusionnelle qui vous lie, mais aussi de développer un chien plus craintif ou plus agressif. Ces derniers cas ne sont pas à prendre à la légère puisque le chien peut être amené à se rebeller et à mordre sans prévenir lors d'une prochaine punition.

Veillez également à bien doser votre punition en fonction de l'acte, si une punition trop sévère peut développer l'agressivité ou la crainte du chien, à l'inverse une punition trop faible ou absente développera ce que l'on appelle un trouble du comportement. Puisque finalement le chien ne vous comprendra pas et continuera à faire ce qui ne vous semble pas acceptable. C'est souvent le cas pour les chiens qui sont géré par des personnes qui sont trop fragile, ou qui n'ont aucune connaissance. Ces dernières s'imagine qu'il suffit d’être gentil avec le chien pour qu'il fasse tout ce qu'on lui demande. Pourtant il y a des moments où la punition est nécessaire et doit être à la hauteur de ses actes. Punir un chien n'est pas de la maltraitance, c'est avoir le contrôle sur lui, c'est apprendre à le connaître et à se faire connaître. C'est instaurer une relation harmonieuse et une communication simple basé sur des règles que vous aurez fixé. Il n'y a donc pas de mal à punir un chien tant qu'elle est juste et équitable !

Il va encore falloir l'emmener chez le vétérinaire ? Et si l'assurance coûtait moins cher ?

Renseignez-vous vite !

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Education Punir efficacement son chien
CONNEXION
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre politique de confidentialité et que des cookies soient utilisés afin de mesurer l'audience de notre site. J'accepte Paramétrer les cookies